Philosophie des vers

Prenez une chopine, installez-vous confortablement sur un fauteuil à côté de la cheminée, puis discutez de tout, de rien, et de n'importe quoi ! Votre musique préférée, vos passions les plus étranges, votre amour pour le café, tout ceci a sa place ici.
146 messages

martisias
Le chercheur de lamas
Messages : 2085
Inscription : sam. 10 oct. 2009, 01:00
Localisation : Dans l'espace

Re: Philosophie des vers

Lol ça tombe bien, mon deuxième prénom c'est Alexandre donc ça compense avec les alexandrins que je n'ai pas fait, et j'avais complètement oublié ce que c'était mdr

ImageImageImage
Image
Avatar de l’utilisateur
Sid
Le conteur
Messages : 4141
Inscription : dim. 13 sept. 2009, 01:00
Localisation : Affalé sur un canapé

Re: Philosophie des vers


xd
Avatar de l’utilisateur
TohKhaar
Messages : 491
Inscription : lun. 14 sept. 2009, 01:00
Localisation : En vadrouille

Re: Philosophie des vers

Lance un sort de résurrection sur le topic à vers...
A deux jours près ça aurait été pour son anniversaire !

Bon ce poème n'a pas de nom et il est sorti hier, pendant la rédaction d'un mémoire qui n'a rien à voir. (salopes de muses qui empêchent de bosser sérieusement !) Par contre la fin risque d'être modifiée plus tard, pour accueillir une suite.


Une folie qui se mord la queue,
Et s'engendre ainsi elle-même,
Dévore tout idéal heureux
Et accouche de cauchemars blêmes.

Est-ce les rêves qui pleurent ?
Ou les larmes qui rêvent ?
Quand les armes sont en fleur,
Et que le calme entame trêve ?

Quand le maquis n'est plus abri,
Quand la paix même blesse et meurtris ;
Si le monde pour qui il combattit,
Devient le monstre défié jadis...

Que reste-il au guerrier nu ?
Ce sont ses rêves qui meurent et tuent ;
Sa noblesse et ses prouesses,
Avec l'espoir et ses promesses.

Quand la maîtrise de ses passions
Ne le mènent plus vers son bien...
Quelle pourrait être la direction,
Prise par le guerrier souverain ?

La perspective d'une aurore,
L'avènement d'un bel âge d'or
S'éclipsent derrière une ère de mort.
Pourtant peuplée de nombreux corps.

Plus de tambours ni d'étendards,
Plus de trompettes ni de clairon,
Ni hierarque lâche et braillard ;
Le combat même change de nom.

Quel guerrier les regretterait ?
Les a-t-on même un jour souhaités ?
Ce n'est pour eux que tombent ses larmes ;
Jamais lances et canons ne furent ses armes.

Les vers tissés par ses lames,
Le fer tranchant de sa plume,
Se perdent dans les brumes
Et y égarent aussi son âme.

Inconscient que là est son dernier combat,
Las hélas, son bras s'abat une dernière fois.
Il courbe l'échine, triste est sa mine.
Son esprit erre, un genou frappe poussière.

Ce laid reflet ne sera plus défié ‒
En fait ombre ; pour lui le monde ne scintille plus.
Et c'est ainsi soumis à qui l'a vaincu
Qu'il jeta ses armes à ses propres pieds.

Image
Avatar de l’utilisateur
TohKhaar
Messages : 491
Inscription : lun. 14 sept. 2009, 01:00
Localisation : En vadrouille

Re: Philosophie des vers

Wesh gringos, je viens instiller ma haine encore une fois, jusque dans le plus beau des topics !


Je tend à vivre à travers elle
Comme elle vit à travers moi.
Qu'importent les murs et les toits,
Mon esprit est sous son aile.

Mais pourquoi donc sommes-nous si peu ?
À en être ainsi tant amoureux ?
Fugace amour des temps d'été,
Ils l'aiment le temps d'une randonnée...
Puis s'irritent dés qu'elle s'agite
Et la tuent pour faire leur gîte.

J'entends sa verdure chantonner,
Ses bruissements sont des sonnets,
Qui trouvent oreille attentionnée
Même quand le ciel plaît à tonner.

J'aime être enveloppé de ses bras,
Fus-je transi par quelque froid.
Malgré leur fougue et leur rudesse,
Chaque bourrasque est une caresse.

Et mon bon cœur jamais n'y rouille :
Si le ciel goutte je suis grenouille,
Ou un lézard qui se prélasse,
Quand le soleil se fait pugnace.

Revigorés par ses pluies fraîches,
Nos deux sèves frémissent de mèche,
Pour ensemble croître et s'élancer
Quand Soleil vient nous embrasser.

Sa rudesse éprouve mon corps ;
Cœur et esprit s'en trouvent plus forts.
Coquille de noix, plumes éphémères,
Soumis aux vents d'une vaste mère.
En son sein jusqu'au déclin.

Image
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 8136
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: Philosophie des vers

Poème chinois d'Ele:

Pluie et brouillard, la mer calme et claire;
Le chien de zhao réveille l'homme solitaire,
Le café coule, les pistaches chantent,
La Bretagne, à qui est elle ?

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Mjollna
Spé Aile Est
Messages : 4166
Inscription : lun. 17 janv. 2011, 00:00
Localisation : Dans une dimension improbable
Contact :

Re: Philosophie des vers

Et c'est... un premier essai de haiku ! xD

Creepers embusqués
Dispersent à la bise
Des voxels troués.

Image [17:35] @Zhao | (car oui, contrairement à l'idée établie, Mjollna roxxe de la cuisine)
146 messages