Philosophie des vers

Prenez une chopine, installez-vous confortablement sur un fauteuil à côté de la cheminée, puis discutez de tout, de rien, et de n'importe quoi ! Votre musique préférée, vos passions les plus étranges, votre amour pour le café, tout ceci a sa place ici.
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 8113
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: Philosophie des vers

Suis-je au delà de l'art
Pour ne plus l'exprimer ?
Ou ne suis-je que papier
Vierge, et livré au hasard.

Qu'est ce que nos vies
Exprimées ou discrètes
Si, livrées à l'oubli
Les voila qu'elles s'entêtent ?

Car dans le grondement de nos âmes,
Chaque jour elles se confrontent,
Et tandis que des âmes s'affrontent,
Certaines s'éteignent sans une larme.

~
Qu'est ce que l'art dans notre monde
Le voila, pauvre représentation d'un homme
Qui nous hante et qui nous gronde
Car l'artiste se distingue et s'étonne

De sa propre condition,
Voulue et involontaire,
De l'âme avide et solitaire
Qui ne sait vivre de leçon.
~

Les âmes mortes se délient,
Dans une plainte de lumière
Elles reviennent sur terre
Et renaissent dans le conflit.



Eléïs

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Sid
Le conteur
Messages : 4140
Inscription : dim. 13 sept. 2009, 01:00
Localisation : Affalé sur un canapé

Re: Philosophie des vers

Bon, le truc a suivre c'pas une poésie, c'est un article que j'ai écris y a un bail, j'viens de le retrouver et j'ai assez aimer de ce que je faisais
Je préviens, y a du second degré.
Il date de la nuit 23 juin 2011.

-------
Laissez pioncer les coqs, ça fera de mal à personne !


Quel majestueux projet qu'est le simple fait d'aller s'étaler gracieusement mais avec toute la paresse du monde sur un doux matelas deux places, l'oreille attentive au kobaïen de Magma, les coups de batterie de Christian Vander, et enfin apaiser ces lourdes paupières qui n'ont qu'une envie : ignorer le son des chants transcandants chaque parcelle du cosmos et noircir peu à peu ma vision, jusqu'à ne plus voir que le fond de mes rêves et songes aux sens absolument crétines qui me laissera coi pour cause d'une éventuel amnésie du fantastique de ma nuit à venir.

La patience n'est pas une qualité pour des paupières en phase d'étourdissement somnolente; La feignantise de celles-ci n'ont qu'un haut point de vulgarité tant elles convertissent les volontés qui cheminent chaques engrenages cachés ça et là dans ma cervelle pour en faire de simples obéissances pour pousser le corps à la fatigue, et a l'épanouissement de se jeter inconscient sur une considérante douceur et d'une odeur familière que je quitta une semaine durant, comme si l'absurdité en venait à ce qu'un pathétique calendrier en venait à me dire l'heure, et mes paupières qui ne veut pas savoir quel jour est-on, ni si le salopard de coq dans ce village se mettra à éructer du plus profond de son être d'un égocentrisme profond, et hautain, son si dérangeant "chant" qui n'a nul autre utilité que celle d'emmerder tout être étant pourvu de la capacité de dormir aux heures de leurs montres, ou ces êtres qui ont la superbe prescience des choses durant leurs sommeils, leurs permettant ainsi d'ignorer la vocalise orgasmique de cet ignoble plumeur d'animal, animal qui aura beau essayer de grimper en décibel, jamais il n'aura l'occasion de dérangé ceux qui s'oriente à l'heure de leurs calendriers.

Pour résumé, le projet d'aller m'assommer sur mon lit à plusieurs buts précis : Succomber à l'ivresse de la somnolence provoqué par mes paupières qui n'ont rien a faire du son ambient, également le but d'emmerder le coq encore vivant dans le coin, et aussi d'inévitablement rêver d'une quelconque scène ayant repris plusieurs aboutissements de ma mémoire pour en faire qu'une seule. Ainsi rêverais-je sans doute de promener mon lama, Lulu, en canoë avec pour unique but de me mettre un CD de Bob Marley, et le tout, sans tirer un spliff !
Ou encore un rêve érotique qui éveillera à ce moment tout mes sens mais oulalala je m'emporte déjà. M'voyez, je crois que je ne devrais pas essayer de reproduire un potentiel rêve érotique dans cet endroit pourvu d'étranges personnes.
Ou enfin rêverais-je de foutre mon 45 en cuir dans le postérieur d'une feignasse d'ouvrier.
Quoique j'en rêve en permanence de celui-ci.

Tiens, presque 5 heure du mat, je vais être en retard !
Soyez certains que la nuit se passera bien.
Sauf si vous tenez à comploter dans une favorable politique, vous risquez de passer une nuit de merde, et ce, de ma part, merci beaucoup.
La politique, tss, v'la un truc qui n'a servit qu'a progresser positivement dans le bordel sociale, économique et bordel ou sont mes céréales ?
En voilà des problèmes !

Bonne nuit ami lecteur, petite curieuse du lendemain, philosophe potentiellement encore vivant, et à toi cafetière chérie.

xd
Avatar de l’utilisateur
TohKhaar
Messages : 491
Inscription : lun. 14 sept. 2009, 01:00
Localisation : En vadrouille

Re: Philosophie des vers

Mon premier poème, inspiré par le rêve éveillé du bateau, pour ceux qui étaient là sur IRC... Je connais pas les "règles" de la poésie, donc j'ai écrit comme j'avais envie en essayant de mettre aussi des rimes au sein d'une même ligne. Pour l'instant il a pas de titre :


Comme seul bagage, le plus sincère des sourires,
Vers le large et sur, à ses yeux, le plus beau des navires,
Un équipage sans grades, à l'esprit dur-à-cuire,
Part en voyage, pour ne jamais revenir,

Vers le rivage, ou mirage, auquel il aspire.


Seuls, nos cœurs gonflés souffleront dans ces voiles,
Pour, sans peur ni regret, nous destiner aux étoiles,
Voguant au gré des vents, dont les caresses nous dévoilent
Votre gréement de tristesse qui piégea, comme une toile,

L'océan des tendresses de notre terre natale.


Nul faisceau d'aucun phare, jamais ne guidera la belle histoire
De notre vaisseau, dit fuyard, qui, pourtant brava votre mouroir.
C'est à la lumière de nos âmes d'enfants, que s'éclaire l'innocent
Cheminement de nos prières, nous guidant sur les mers,

Ce sans trêve je l'espère, jusqu'à la grève de nos rêves.


Tout vilain petit canard, combattant dur pour muer en cygne,
Afin de quitter sa mare, seul futur que l'on lui désigne ;
En défiant Éole, malgré sa seule et unique aile
Comme ce beau goéland, vole au plus magnifique ciel.

Mais, à jamais sacrifié, afin que tous puissent la goûter, ô liberté, des plus épurée.


Tout brave marin, ne craignant ni lendemain ni lointain,
Jamais ne sacrifiera, et encore moins n'oubliera,
À son poing impitoyable et sa muraille de conscience,
Sa main charitable ni ses offrandes d'insouciance.

Forts d'un si pur équipage, je le jure, nous tutoierons les nuages.


Inspirées puis rêvées, ces fameuses terres de bohème
Où, enfin, l'ancre est jetée en ces contrées que l'on aime ;
Seront, ici creusées, par les vers de nos poèmes,
Les plus désuètes des cachettes, afin que par la prose y repose :

Notre trésor sans pièces d'or, que n'ombre aucun corps.


Image
Avatar de l’utilisateur
Sid
Le conteur
Messages : 4140
Inscription : dim. 13 sept. 2009, 01:00
Localisation : Affalé sur un canapé

Re: Philosophie des vers

Je connais pas les "règles" de la poésie
Y en a t'il vraiment ? :')

Bien beaux vers mon cher !

xd
Avatar de l’utilisateur
TohKhaar
Messages : 491
Inscription : lun. 14 sept. 2009, 01:00
Localisation : En vadrouille

Re: Philosophie des vers

Refonte totale de la ponctuation du poème, grâce à Mee-Yung, merci à elle. Y'en avait sérieusement besoin, pour la compréhension du sens des vers. Je ne m'étais vraiment pas mit à la place d'un lecteur.
Sinon j'ai relevé d'autres problèmes, j'essayerais de le modifier plus tard.

Image
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 8113
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: Philosophie des vers

Mais qu'est ce qu'ils ont tous avec la ponctuation ? :Sad:

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Ironail
Le déboussolé
Messages : 3640
Inscription : mar. 15 déc. 2009, 00:00

Re: Philosophie des vers


Vers me rivage, ou mirage, auquel il aspire.
Typo.
Je le finis de suite

edit: Magnifique poème, Tocard. C'est une superbe évasion lyrique que tu nous offre là. 5/5

Groupie n°1 d'Eléïs.
Avatar de l’utilisateur
Ironail
Le déboussolé
Messages : 3640
Inscription : mar. 15 déc. 2009, 00:00

Re: Philosophie des vers

Mais qu'est ce qu'ils ont tous avec la ponctuation ? :Sad:
Un poème est soit bien construit comme celui de Tokhaar, dans lequel cas la ponctuation est une manière de respecter le lecteur et lui rendre accessible le monde du poème. Soit le poème s'abroge de toutes (ou presque) contraintes, auquel cas c'est un poème ou la forme ne requiert pas une ponctuation structurée.

Groupie n°1 d'Eléïs.
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 8113
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: Philosophie des vers

Ne pouvons nous pas trouver un accord, pour retrouver le rythme du bonheur ? Sommes nous obligés de nous battre, entre des amis qui se sont tant aimés ? Quel avenir, quelle destinée ? Si non un triste bouquet de fleurs...

Oh triste manoir, en se soir si sombre, pourquoi es tu si froid ? Rejettes tu ceux qui ont si longtemps passé tes grandes portes de chène ? Qu'est il advenu de ton bon feu douillet, de tes chansons et de tes droits ? Pourquoi quelque anciens ressentent tant de peine ?

Oui, nous pleurons la perte, de ton ancien éclat. Certaines de tes ruines d'autrefois sont aujourd'hui de beaux murs. De nouvelles pierres sont de nouvelles paroies, de nouvelles clefs, pour de si vieilles serrures...
Spoiler: Afficher
Le craquage IRC :

(22:24:08) ***eleis jete son tablier sur TohKhaar
(22:24:13) eleis: j'ferais jamais de cookies
(22:24:16) eleis: jsaipafaire!
(22:24:26) ***eleis balance la pate à cookies sur fea
(22:24:38) fea: COOKIE *_*
(22:24:43) eleis: *splatch*
(22:25:42) ***eleis balance une cuillère en bois sur Alequia.
[silence]
(22:26:17) eleis: mais
(22:26:22) eleis: ...
(22:26:38) eleis: mais...
(22:28:50) Sir_Sid_Drenan: mais
(22:28:53) ***Berlingot éternue sauvagement afin de signaler sa présence a Alequia . Salut !
(22:28:59) eleis: who j'en ai marreuh
(22:29:18) ***eleis balance le moule à cookies sur le sol et s'en va en sanglottant
(22:30:40) ***Sir_Sid_Drenan court vers eleis et sanglotte avec elle
(22:30:53) eleis: bouhouhou :'(
(22:31:05) Sir_Sid_Drenan: ='[
(22:32:14) eleis: Ne pouvons nous pas trouver un accord, pour retrouver le rythme du bonheur ? Sommes nous obligés de nous battre, entre des amis qui se sont tant aimés ? Quel avenir, quelle destinée ? Si non un triste bouquet de fleurs...
(22:35:23) eleis: Oh triste manoir, en se soir si sombre, pourquoi es tu si froid ? Rejettes tu ceux qui ont si longtemps passé tes grandes portes de chène ? Qu'est il advenu de ton bon feu douillet, de tes chansons et de tes droits ? Pourquoi quelque anciens ressentent tant de peine ?
(22:39:12) eleis: Oui, nous pleurons la perte, de ton ancien éclat. Certaines de tes ruines d'autrefois sont aujourd'hui de beaux murs. De nouvelles pierres sont de nouvelles paroies, de nouvelles clefs, pour de bien vieilles serrures...
(22:39:17) ***eleis donne un coup de pied dans la porte
(22:40:18) eleis: -moua mes paroles elles sont de moua, et viennent du fond du coeur- buh
(22:40:33) ***eleis creuse dans son coeur pour trouver ...
(22:40:35) eleis: un tiquet
(22:40:41) eleis: Alequia !!!
(22:40:43) eleis: ALEQUIAA !!
(22:40:49) eleis: JE VEUX UTILISER MON TIQUET!!
(22:41:05) eleis: JE VEUX MON PASS 7JOURS RIDPEF !
(22:41:08) Hathor: :D
(22:41:12) eleis: WIIIII !!!
(22:41:16) ***eleis saute dans tous les sens
(22:41:23) fea: Tu l'as pas déjà utilisé ? Oo
(22:41:29) Alequia: Oui oui. Je vais juste appeller Saouline, c'est lui qui s'occupe de ce truc.

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Xeno
Le vieux fou de l'entrée
Messages : 501
Inscription : sam. 29 août 2009, 01:00
Localisation : A l'entrée du manoir, comme tout bon concierge qui se respecte.

Re: Philosophie des vers

Vous le connaissez peut-être déjà, mais j'aimerais attirer votre attention sur Sir Samuel Taylor Coleridge.
Coleridge est critique et poète anglais fin 18eme et meurt interné a conséquence de son addiction à l'opium en 1834.
Ispiré comme un ouf donc et c'est poèmes sont de purs délices...
Malheuresement le seul recueil existant comportant un traduction francaise de ses poèmes (La ballade du Vieux Marin et autres textes chez Gallimard) et assez mal traduit a mon goût.
Néanmoins les textes originaux étant présent (donc en anglais ofc) on peut profiter d'une meilleure compréhension du sens et également matter la traduction si quelques lyrismes obscures nous échappent....

Je vous conseil donc ce recueil magnifique! Un bon voyage mental.

Ps : Jetez un oeil a "Kubla Khan". Mon poème préféré toute catégorie confondu...

Il existe toujours un autre chemin.
146 messages