Wonderswan, mon amour

Parce que les jeux-vidéo c'est sympa. Si vous vouler jouer ensemble, participer à la vie de notre serveur minecraft, présenter votre collection ou parler de votre jeu du moment, c'est l'endroit !
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3616
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Wonderswan, mon amour

En 1999 est sorti une console qui a révolutionné le monde. Inventée en partie par Gunpey Yokoi (le gugusse qui a créé les game&watch, la Gameboy, et qui est responsable d'un traumatisme de mon enfance avec l'invention du Tenbillion), elle a déboulé au japon, avec ses 40 heures d'autonomie, sa légèreté, sa puissance (du vrai 16 bits, une super nes en noir et blanc ou presque).

Des contrats avec Namco, Capcom, Taito ou encore Square, des partenariats avec des boites comme Sony ont permis le développement ou le port de nombreux jeux de licences connues. Son prix, 4800 yen (50€ à peu près) et sa robustesse lui ont permis un large succès au japon, au point de faire peur au géant Nintendo qui voyait débouler une machine avec toutes les qualités (mais en plus moderne) qui avaient fait le succès de la Gameboy.

La suite tout le monde la connaît : un partenariat avec Mattel, la console inondes les territoires occidentaux, les grandes boites développent pour cette machine solide, robuste et puissante. Depuis Bandaï est devenu un géant du jeu vidéo, au point d'éclipser Nintendo sur son propre terrain, on se rappelle tous du flop de la GBA, qui n'était qu'une Wonderswan color en moins bien. Euh... En fait, non, ça c'est dans mes rêves.

En vrai, elle s'est bien vendue au Japon, le contrat avec Mattel a été annulé, les erreurs de sortie (la version color sortie trop tôt, et la Swancrystal qui a rendue obsolète la version color), la concurrence acharnée de Nintendo (qui a accéléré la recherche et la sortie de la GBA), le phénomène mondial Pokemon ainsi que les contrats hasardeux sans suite (celui avec Sony notamment) ont eu raison de la durée de vie de cette machine. Quelques années plus tard elle s'éteint tranquillement.

Oui mais. Oui mais moi quand j'étais gamin je voulais y jouer. Et maintenant j'en ai une. Alors c'est trop la fête et pour la peine j'vais vous en parler tout plein.
Image
Elle est belle, hein ?
Demain je vous fais une présentation de ma console (ma mienne, avec des photos) et j'vous explique les différentes versions de la console. J'vous parle peut être de quelques accessoires aussi. Et par la suite, je vous propose des p'tite reviews de jeux que j'aime bien. :-)

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
Mjollna
Spé Aile Est
Messages : 3728
Inscription : lun. 17 janv. 2011, 00:00
Localisation : Dans une dimension improbable
Contact :

Re: Wonderswan, mon amour

Oui elle est super cool cette console !

D'ailleurs en voyant celle de Zhao... J'ai craqué aussi :3 La mienne sera couleur "melon sherbet", soit un joli vert bien lumineux ^_^ Je ne l'ai pas encore reçue, c'est le suspense !

Image [17:35] @Zhao | (car oui, contrairement à l'idée établie, Mjollna roxxe de la cuisine)
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3616
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Re: Wonderswan, mon amour

Donc, vous avez pu voir ma console en photo, dans les mains de Mjollna. Alors, comme vous pouvez le constater, il s'agit d'une machine en noir et blanc, non rétro-éclairée. Cela fait très archaïque aujourd'hui, mais il faut bien se remettre dans le contexte de l'époque : un rétro-éclairage potable sur console portable, ça n'existait pas encore. Les rares essais sur le sujet (Game Gear ou Lynx) ont été assez catastrophiques, notamment concernant l'autonomie et la durée de vie des écrans. Il a fallu attendre 2003 avec la Gameboy Advance SP pour voir enfin une réussite sur le sujet.

Concernant le noir et blanc, il s'agit de la première version de la console. Un an et demi plus tard est sortie la version colorisée, rétro-compatible bien entendu avec les jeux de la première génération. Deux ans plus tard, en 2002 est enfin sorti la dernière version, la "SwanCrystal" qui n'est en fait qu'une version améliorée de la color. Le principal changement : un écran LCD de meilleure facture. Il y a de fortes chances pour que j'achète l'une des deux un de ces quatre.

Comme c'est un truc bien japonais, il y a des tonnes d'accessoires qui pouvaient être achetés : un sonar de pêche (un vrai, à jeter dans l'eau), des trucs à placer sur les boutons directionnels pour les transformer en D-pad, des machin à connecter avec les appareils Digimon, une chose permettant de se connecter au réseau téléphonique japonais, etc.

Mon accessoire favori est le WonderBorg. Ce truc me fait rêver depuis 15 ans, et je l'ai enfin ! Il s'agit d'un petit robot controlable et programmable grâce à une cartouche wonderswan. Et il est super mignon. D'ailleurs, je cherche un nom au mien. Vous avez une idée ?

ImageImageImageImage

Ce truc est rigolo, possède tout un tas de capteur (lumière, choc, mouvement, etc.) et d'actions possible (avancer/reculer/tourner dans un sens ou dans l'autre/chanter/danser), peut communiquer avec d'autres wonderborg (ce qui permet de faire des programmes de wonderborg qui intéragissent/se suivent/etc). À noter que l'on peut changer les papattes pour mettre des roues à la place. :-)

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
phøebe
Messages : 532
Inscription : mar. 28 juin 2011, 01:00

Re: Wonderswan, mon amour

Need le robot lumace/chenille (chenillpan)sur roues!!! Ou sur pattes. Après le prix doit aussi faire flipper....
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3616
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Re: Wonderswan, mon amour

Le prix, oui, c'est le problème... Enfin, pas pour la console. On trouve des Wonderswan N&B pour une 15aine d'euros sans souci. Le robot par contre, est en général autour de 100. J'ai eu la chance d'en choper un à 70€ neuf. :-)

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3616
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Re: Wonderswan, mon amour

Alors, aujourd'hui, on va s'intéresser à Pocket Fighter. appelé en occident sous le doux nom de "Super Gem Fighter : Mini Mix". Rien que ça.

De quoi s'agit-il ? D'un jeu de baston, bien arcade comme il faut, et tout mignon. Oui, tout mignon. En fait, c'est un crossover entre Street Fighter (donc vous allez pouvoir retrouver votre personnage préféré : Dan) et Darkstalker, qui est une autre licence Capcom moins connue en europe. Il y a aussi un personnage venant d'un jeu que je ne connais pas.

C'est sorti sur CPS-2 en 1997 et il y a eu plusieurs ports sur console : passons sur celui sur playstation qui... rame. Et oui. Celui sur Saturn est bien, mais demande une cartouche d'extension mémoire et une console japonaise (à confirmer). Il est sorti un peu plus tard aussi sur PS2, dans une anthologie Street Fighter. Nous nous intéresserons au port paru sur Wonderswan en 2000.
ImageImage
Mais avant de nous pencher sur le port, voyons voir ce qu'est ce jeu. Donc c'est un jeu de baston, un spin-off de Street-Fighter. Je vous vois venir : "Wé, oké, un street-fighter avec des personnages gamins, les fameux 6 boutons, Zangief ou Mr Bison à la fin, et voila". Ben non. Enfin, ça dépend sur quoi. Une des particularités de ce jeu, c'est qu'il n'utilise (crime infâme pour les occidentaux qui ont boudé les machines arcade de ce jeu) que 3 boutons en dehors des directions : Kick, Punch, et Special. Autre particularité, les "Guard" protègent TOTALEMENT des dégats, ce qui est très rare. Du coup, ça semble assez débile : il suffirait de se planquer tout le temps et d'envoyer un p'tit coup dès que l'autre ramène sa tronche, sauf que ça ne marche pas comme ça. Il y a un systeme de "Guard Crush" relativement faciles à sortir à l'aide du bouton "Special", et surtout, des gemmes.

Regardez sur les screenshots au dessus, en bas de l'écran. Vous pouvez voir pour chaque personnage trois barres. En fait, il s'agit d'attaque à "augmenter" en ramassant les gemmes que l'ennemi fait tomber quand on lui tape dessus. Chaque personnage possède donc 3 attaques à "upgrader" sur 3 niveaux. Les 3 couleurs de gemmes à ramasser font chacune augmenter une attaque. Faire l'andouille qui se protège tout le temps est donc stupide, car cela ne permet pas d'upgrade ses attaques, et donc de faire de vrais dégâts à l'adversaire. Le bouton special vous permettra lui de faire des attaques spéciales plus violentes avec des kikoos animations. Dernière chose, appuyer sur Kick et Punch en même temps vous permettra de choper l'ennemi, généralement pour le balancer par terre. Tout ça, plus les combos, les suites de coups rigolos et l'ambiance en font un jeu nerveux et sympathique.

ImageImageImage
ImageImageImage


Les animations sont superbes et rigolotes. Et le jeu n'est pas sérieux DU TOUT. Par exemple, Lei Lei (connue en occident sous le nom de Hsien Ko) est un fantôme chinois qui est... pauvre. Elle cherche donc un travail. Elle trouve une annonce signée Zangief qui propose 3 repas par jour et une sieste contre 2h de travail comme cuisinier, les conditions de recrutement ? battre Zangief en face à face. Oui, c'est débile.

Vous l'avez compris, j'aime ce jeu. Qu'en est-il du port Wonderswan, une machine qui n'a donc que 8 niveau de gris et des capacités bien plus limitée que la borne CPS-2 ?
Eh bien je ne vais pas vous le cacher longtemps, c'est magnifique. Les arrières plans ont été redessinés, ils sont très proches de la version arcade comme vous pouvez le voir sur les deux premières images de ce post. Les personnages ont été redimensionnés mais les animations sont les mêmes (parfois quelques frames en moins) et c'est très beau :
Image
Le système de combat est exactement le même. Et se prête très bien à une console portable, vous vous souvenez du nombre de boutons par rapport à un Street-Fighter classique ? Le menu d'option permet de reconfigurer les touches. Pour ma part, j'aime à mettre le bouton Special à la place de celui pour attraper l'adversaire que j'utilise assez peu, donc sur les boutons A+B (punch et kick).

Il y a un petit point noir lié au fait que c'est une version N&B : les couleurs des gemmes sont non identifiables. Ce n'est de mon point de vue pas un souci, je n'ai jamais eu le temps de regarder et réfléchir à quelles gemmes j'attrape sur la version Arcade : je prends tout ce qui passe à portée tant que mes attaques sont upgradables). L'affichage à l'écran du nombre de coups portés durant votre combo a disparu aussi : question de lisibilité, j'imagine. Le fait est que ce n'est pas handicapant.

Ce port possède un systeme de scoring, de sauvegardes, un mode arcade et un mode "points", peut se jouer à plusieurs avec un cable link, etc. Le niveau de difficulté est réglable dans les options, tout comme la durée et le nombre de rounds.

Les sensations sont quasi identiques à celles qu'on peut trouver sur la version arcade. Avec mon personnage préféré : Lei-Lei, j'ai de suite retrouvé mes combos et mes attaques favorites.

Le petit plus du jeu : un système de Card Battle (un peu comme SNK vs Capcom CardFighter sur Neo Geo Pocket), dont vous gagnez les cartes à jouer en terminant le jeu de combat classique avec les différents personnages. Je ne m'y suis pas encore intéressé.

Résumé : un EXCELLENT jeu de combat sur une bébé console. Certaines review sur les internets se plaignent des contrôles. Je pense qu'ils n'ont pas vu qu'ils peuvent les remapper dans le menu d'option. Pour ma part, je le trouve supérieur à plusieurs jeux de combats sortis pourtant sur la reine des consoles portables combat/arcade, la Neo Geo Pocket.

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
Mjollna
Spé Aile Est
Messages : 3728
Inscription : lun. 17 janv. 2011, 00:00
Localisation : Dans une dimension improbable
Contact :

Re: Wonderswan, mon amour

Je confirme que Pocket Fighters est très cool, pour avoir testé

Ma Wonderswan est arrivée aujourd'huiiiii \o/
wonderswan01.jpg

Image [17:35] @Zhao | (car oui, contrairement à l'idée établie, Mjollna roxxe de la cuisine)
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 7831
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: Wonderswan, mon amour

Mais c'est mjollnà ! Je te reconnais !
Image

:D

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3616
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Re: Wonderswan, mon amour

Huhu. :-)
Jolie console, Mjollna.

Pour ma part, après avoir testé en condition réelle de portabilité (en voyage, dans le train, etc), je peux dire que je suis super content de cette console. Son autonomie exemplaire est un gros plus.

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
Mjollna
Spé Aile Est
Messages : 3728
Inscription : lun. 17 janv. 2011, 00:00
Localisation : Dans une dimension improbable
Contact :

Re: Wonderswan, mon amour

Coucou par ici !

Après avoir flood le #ridpef de commentaires sur mes scores lamentables à Magical Drop, je vais présenter ce jeu un peu plus précisément.
magicaldrop01.png
L'écran titre[/center]

Magical Drop (マジカルドロップ ou en abrégé マジドロ) est une série de jeux de puzzle, dans la veine des Puyo Puyo, Dr Mario, ou encore Meteos dans les licences plus récentes.

Cinq versions successives sont sorties. La première en 1995 est apparue sur arcade, puis elle a été déclinée sur plusieurs plateformes (SNES, Neo Geo Pocket, Wonderswan N&B). La dernière en date, Magical Drop V, est disponible sur les plateformes en ligne (WiiWare, Steam & Co). La version 3 est celle sur laquelle on trouve le plus de vidéos et de hiscores. De ce que j'ai pu lire ici ou là, le 3 est considéré comme le jeu le plus abouti de la série. Pour la version V, je suis relativement sceptique sur les fonds d'écran qui bougent et sur les choix de design des personnages (fouet, poitrines plus rebondies que les billes à l'écran...), mais bon, le principe du jeu semble avoir été préservé.

Ceci dit, comme nous sommes sur un topic Wonderswan, c'est sur la version 1 sur Wonderswan N&B que je vais m'étendre un peu plus.

Le principe est le suivant : l'écran de jeu est constitué de petites billes contenant un petit dessin pour les différencier (étoile, coupe, épée, bâton magique). En bas de l'écran, le curseur est représenté par un petit Pierrot tout mignon. Il ne peut se déplacer que sur l'axe gauche-droite. Le but est de saisir les billes grâce au curseur, et de les regrouper par signe.
magicaldrop03.jpg
L'écran de jeu pendant une partie[/center]

Quand 3 billes identiques au moins sont alignées en colonne elles disparaissent, de même que toutes les billes adjacentes de même signe. Si des billes se retrouvent sans support, elles sont alors attirées vers le haut, peuvent à leur tour former une colonne d'au moins trois billes et disparaître, etc.

Tant que les billes sont en train de disparaître ou que certaines remontent ves le haut juste après une disparition, il est possible de continuer à enchaîner les mouvements. Ce laps de temps franchement bref permet de cumuler des combos et d'obtenir un maximum de points.
Par exemple, quand on joue vraiment bien, ça donne ça : https://www.youtube.com/watch?v=f3w4OeZfcN4

L'objectif est de jouer le plus rapidement possible, pour ne pas casser la chaîne de combos. De plus, les billes arrivent du plafond de plus en plus rapidement au fur et à mesure que la difficulté augmente, rendant le jeu extrêmement nerveux.

Des pièces spéciales rajoutent en outre un peu de piment au concept initial : des bulles qu'il faut enlever manuellement ou écraser avec d'autres billes, des billes qui font disparaître d'un coup toutes celles avec le même signe, ou encore des billes sans signe qui prennent le logo du premier pack qui disparaît à côté d'elles.

Il existe plusieurs modes de jeu, que je vais passer rapidement en revue.

- Mode histoire :
Le joueur choisit un personnage, et affronte toute une série d'autres personnages, à la fois mignons et un peu ridicules. Ils représentent tous plus ou moins une personnification de carte de tarot divinatoire (Destin, Justice, Impératrice, etc.), et un pseudo-scénario leur prête des relations et des dialogues assez loufoques.
Niveau gameplay, le mode facile est vraiment facile, le mode normal reste relativement tranquille, et le mode difficile est affreusement dur quand on débute. Terminer le mode histoire en difficile débloque deux personnages dans tout le jeu.
magicaldrop02.png
Des dialogues priceless en intro du mode histoire. Ici, le personnage "Lovers" s'exclame : "Bonjour Justice !".[/center]

- Mode survie :
C'est le mode par excellence pour faire des hiscores. Là aussi trois difficultés sont proposées, qui comportent chacune leur intérêt pour progresser tranquillement et comprendre quels sont les stratégies et réflexes à acquérir. À chaque fin de partie, le personnage qu'on a choisi pour jouer émet une petite remarque sur le jeu qui vient de se dérouler. Quand on ne sait pas jouer, certains ne sont vraiment pas tendres.

- Mode VS :
Je n'ai pas pu le tester sur Wonderswan (il faut deux jeux, deux consoles et le câble pour relier les machines), mais j'espère pouvoir le faire un de ces jours ! J'ai de bons souvenirs de parties sur version arcade, les parties sont très rapides et franchement amusantes.

- Lecture d'horoscope :
Eh ouais. Un peu useless mais rigolo, les personnages proposent un horoscope au joueur qui clique sur ce mode et choisit quelques options. Japonais requis (mais n'apprenez pas le japonais pour ça uniquement, ça n'en vaut pas le coup xD).

- Options :
Il est possible d'inverser les contrôles permettant de prendre/lâcher les billes, de profiter d'un sound test et de voir son meilleur hiscore en mode survie.

Globalement, le jeu est franchement addictif, c'est une bonne licence qui n'est pas connue pour rien. L'absence de couleurs sur la Wonderswan ne nuit pas à la jouabilité. Les contrôles assez rudimentaires ne posent aucun souci sur mini-console. Les parties sont assez courtes (sauf en mode survie normal/dur, quand on sait jouer), ce qui se prête bien au format console portable. En résumé : bonne pioche !

Image [17:35] @Zhao | (car oui, contrairement à l'idée établie, Mjollna roxxe de la cuisine)
19 messages