JdR : Un si joli village

Envie de parler de vos aventures sur Azeroth, de consigner vos récentes découvertes essclusives, de vous montrer sous tous les angles ? Venez raconter vos aventures ici !
Avatar de l’utilisateur
Sid
Le conteur
Messages : 4119
Inscription : dim. 13 sept. 2009, 01:00
Localisation : Affalé sur un canapé

JdR : Un si joli village

Un si joli village

JdR Cthulhu
Attention, le texte retranscrit les évènements chronologiquement et pas forcément avec tous les détails, tout ceci à été écrit pendant la partie, donc ça risque d'être pas super digeste à lire.
La mise en page et certaines infos seront complétées dans le futur.


Joueurs : Nom, Âge et origine. Occupation (métiers, activités...) et traits de personnalité.
(Tous les personnages vivent en France et parlent la langue)

Khamùl : Xin Chan-Huu, chinois de 36 ans. Antiquaire. A un esprit très commercial, superstitieux et est très curieux dans une atmosphère de confort.
Lucie : Jacob Kraimer, mathématicien de 40 ans obsédé par son monde de logique et de réflexion, fils d'allemand de 40 ans. Hautain et joueur.
Mjollna : Elise Berger, veuve de 25 ans française, fille d'hôtelier et infirmière pendant la Grande Guerre. Aime la lecture, casse-cou et téméraire.
Anthargas : Norbert Gonchin, rentier français de 38 ans ancien militaire. Sert se servir d'une arme, et sportif à ses heures libres. Cherche pas a se mêler des affaires des autres, et pragmatique.
Eleis : Adelaïde Charvat, assistante en archéologie française de 24 ans. Pleine de sang-froid et curieuse, elle aime suivre Elise dans ses péripéties.


Situation = Nous sommes en été 1921 en France. Les héros vivent à Paris et sont assez aisés financièrement.

Péripétie =

Il fait noir, Adelaïde est dans une grande chambre avec de très faibles lueurs de bougies au loin. Des bruits de gouttes tombent au sol. Elle tente de marcher vers les lumières. Ses pieds s'enfoncent dans de l'eau très froide, elle remarque que ses amis sont autour d'elle dans la même situation.
Ils n'ont rien avec eux et sont mêmes pieds nus dans le froid. Ils décident de reculer pour se mettre plus au sec mais notent que le sol descend et risquent de perdre pieds. Ils voient au loin vers la lumière des ombres comme s'il y avait quelqu'un devant. Ils continuent d'avancer et a nager dans l'eau pour aller vers la lumière après qu'ils tentent d'appeler la personne en paniquant. Adélaïde parvient a s'avancer un peu plus et aperçoit vaguement la silhouette qui semble inhumaine, des cris de femmes et d'enfants retentissent...
Soudainement, Adélaïde se réveille en sueur après ce cauchemard, elle boit de l'eau et écrit son rêve, et ne parvient plus à dormir ensuite.

Quelques semaines plus tard, les uns et les autres racontent entre eux qu'ils vivent des expériences similaires, avec des rêves marquants et très distinct.

Un jour, vers la mi-mai, Jacob reçoit une lettre de ses parents, en Corrèze de Tujac. Ces derniers l'invite avec ses amis de venir les voir là-bas. Ils décident effectivement de partir un mois début juin en vacances là-bas malgré les évènements passés.
Ils prennent le train jusqu'à Limoges puis un petit train qui amène pas si loin, et enfin se rendent jusqu'aux parents avec une petite voiture d'un ami qui roule en cahutant.
Une fois sur place ils sont chaleureusement accueuillis par le cousin de Jacob : Maxime. En visitant la maison ils découvrent qu'elle est typique de l'endroit et de la campagne : deux étages, une ampoule qui pend, un grand jardin etc...

Deux semaines plus tard s'être installé, ils font un rêve collectivement où ils se sentent s'enfoncer dans une mare sombre avec des espèces d'énormes serpents, sangsues ou anguilles les entourant. Ils se réveillent après ces rêves a 6h du matin.
Elise ouvre la fenêtre et se retrouve devant un paysage et une atmosphère calme.

Ils discutent avec le cousin calmement.
Après s'être bien réveillés, ils entendent de la cohut à l'extérieur et sortent de la maison et découvrent dans une rue du village un atroupement devant une maison de personnages éffarés. Des gendarmes conseillent aux gens de garder leurs calmes.
Le groupe se renseigne : y a eu un meurtre d'une jeune femme de 21 ans nommée Cécile dans cette maison. Tout le monde semble sûr qu'il s'agisse bien d'un assassinat.

Elise fait le tour de la maison et tente de regarder via une fenêtre ce qu'il se passe. Elle remarque que la fenêtre du premier étage est ouverte et possiblement accessible en grimpant sur le mur. Elle tente justement de grimper et s'érafle la jambe en montant, mais parvient à rentrer. Elle voit un cadavre au sol au milieu du plancher. Des sortes de spirale de sang entoure la pièce et le corps ne semble pas dans une disposition normale avec des membres désarticulés et des entrailles à l'air libre. Elise sort après de l'étage et retrouve ses amis en étant choquée.
A la demande de Xin, elle dessine approximativement les cercles/spirales pour le groupe.

La foule devant la maison s'éparpille lentement avec le temps.
Ils vont demandés à Maxime s'il connait Cécile. Il raconte qu'elle finissait ses études très gentille et sage qui ne voulait pas se marier avec un paysan. Elle vivait avec ses parents dans la maison et n'avait ni frère ni soeur.

Ils vont ensuite au commissariat, Jacob va faire diversion auprès des policiers.
"Bonjour monsieur que puis-je pour vous?"
"J'ai cru voir du sang dans un coin là bas"
Il emmène ainsi un policier avec lui avec un carnet et un crayon en fermant la porte à clé. Après qu'ils s'éloignent, les autres examinent la porte et les fenêtres pour entrer, sans succès.
Jacob et le policier se retrouvent ainsi dans une rue et discutent, malgré l'absence de sang dans le coin.
Ils avancent dans la rue et le policier, pas dupe, comprend la supercherie et renvoie gentiment ballader Jacob. Il revient au commissariat en bougonnant dans sa moustache.

C'est midi, donc l'heure de manger. Durant le repas ils discutent des évènements récents et de quoi faire pour la suite.
Ils veulent ainsi interroger la famille de la défunte en les amadouant avec des petits gateaux cuisinés avec attention, vers 16h. Norbert reste dans la maison et refuse de s'en mêler.
En visitant la famille, le groupe frappe a la porte et découvre un homme d'une cinquantaine d'année. Il les invite a entrer, et monte a l'étage puis s'enferme. Sa femme descend les escaliers et les acceuille, les larmes aux yeux. Ils interrogent la dame mais n'en tirent pas grand chose. Ils la laissent tranquille et sortent, puis rentrent à la maison de Maxime pour faire le point. Ils décident après un après-midi de discussion de se rendre dans leurs chambres respectives pour se reposer après leur nuit agitée.
Entre 22h et 23h, Xin regarde vers sa fenêtre pendant environ une heure et barricade sa chambre avec une armoire. Lorsque le soleil se couche, il entend simplement quelqu'un passer de temps en temps mais sans plus, puis se retire de la fenêtre et se couche. Les autres ferment leurs portes et se couchent.
Pendant la nuit, ils se réveillent en entendant de gros claquements assourdissants, visiblement provoqués par des fenêtres mal fermées. Une nouvelle nuit agitée donc.

Au matin, ils se lèvent péniblement et décident de se balader autour du village qui contient surtout des vignes, des cultures, un puits, des ruelles qui s'entrecroise, la gendarmerie qui est la seule a recevoir l'électricité pour le téléphone, une église, des petits commerces (merceries, bureau de tabac...). Ils se rendent au bureau de tabac pour acheter une vingtaine de papiers à lettre pour Maxime. En parlant avec le buraliste, il leur dit que durant la nuit dans la maison d'à côté, une fille d'une vingtaine d'année nommée Thérèse a été tuée. Ils apprenent que c'est un médecin du coin, le Docteur Boyer, qu'il l'a fait naître il y a 20 ans, mais qu'il est aujourd'hui retraité et a subit un accident il y a longtemps, mais il reçoit quand même des gens du coin. Ils paient le buraliste et s'en vont.

Midi arrivant, ils rentrent chez Maxime pour manger et offrir le papier à lettre au cousin, qui est très ravi. Ils lui parlent de Thérèse. Maxime leur raconte que Cécile et Thérèse ont fait leurs communions ensemble et que donc elles se connaissent très probablement. Il leur parle d'une gentille jeune fille du même âge qui s'appelle Mireille qui pourrait avoir connu les deux victimes.

A l'après-midi, ils proposent de se séparer pour parler au curé, au docteur et à Mireille.

Xin et Jacob vont voir Mireille et sortent sous un soleil tapant. Ils se rendent à sa maison et tombent sur une vieille dame au regard méfiant. Elle leurs parlent d'une voix assez hostile. Jacob lui raconte qu'il était le professeur d'arithmétique de Mireille. La conversation tourne rapidement mal. Elle leur parle du curé et leur dit qu'elle a une mauvaise opinion de lui. Xin sous-entend qu'il disponible a marier à la petite Mireille. Le duo sort en remerciant la dame et retrouvent sa fille en train de cueuillir des fleurs. Ils se dirigent vers elle et engagent la conversation en parlant de Thérèse et Cécile et leurs demandent si elle connait d'autres jeunes filles qui ont fait la communion au même âge dans le village. Elle répond en parlant de Cécile, Thérèse, une certaine Maud. Elle dit qu'elle n'était pas spécialement amie avec Thérèse et Cécile mais les connaissait des cours. "Cécile n'avait pas grand chose en commun avec les autres. A 9 ans elle n'était même pas dans la même classe que nous, elle avait ratée une année malgré son rêve de vivre en ville et se marier. Mais sinon elle avait rien de particulier". Ils lui demandant également des renseignements sur Maud, elles se croisent juste de temps en temps au marché. Xin lui demande si elle a vu quelque chose de bizarre, elle raconte qu'elle voit une personne la nuit dans le champ de temps en temps. Après ça, ils la saluent maladroitement en lui conseillant de se mettre en sécurité et s'en vont.

Elise et Adélaïde vont visiter le Dr. Henri Boyer. Ils frappent à la porte de sa maison. Au bout de quelques secondes, ils entendent quelqu'un qui peine à marcher, puis l'homme leur ouvre. Ils découvrent un homme d'une cinquantaine d'année chauve qui marche avec des cannes. Les deux femmes se présentent et se font inviter à entrer dans un bureau. En marchant, Elise jette un oeil dans la pièce et voit des objets exotiques disposés ça et là. Dans le bureau ils découvrent un trophée de chasse dans un coin, une fenêtre, une tapisserie rouge bordeau, un tableau de chasse datant de fin 18ème. Le docteur s'installe péniblement derrière son joli bureau en bois massif et invite les deux héroïnes de s'asseoir. Elise lui parle de troubles du sommeil, il répond que c'est à cause de l'eau du coin, et propose de couper l'eau avec du vin. En papotant, le docteur raconte qu'il vient de Bordeaux et a beaucoup voyagé de par le monde grâce a sa famille bien payée et que c'est ainsi qu'il a eu ses tableaux unique. Adélaïde parvient à parler des meurtres et des jeunes filles, qu'il connait bien vu qu'il a installé son cabinet en 1900 et a exercé jusqu'en 1915 et les voyait régulièrement. Elles le quitte et se font raccompagner gentiment à la sortie par le Docteur. En faisant le tour de la maison et du jardin, Elise hésite à entrer par effraction dans la batisse dû au manque d'empathie apparente du docteur losqu'elle évoquait le triste sort des deux victimes. Adélaïde décide de frapper chez le voisin qui possède une fenêtre qui donne en face d'un accès au jardin du docteur. Elle frappe et n'obtient aucune réponse. Elel va voir la fenêtre et voit qu'elle est très très sale. Elise préfère revenir plus tard.

Norbert va voir le curé : Il entre dans l'église, tout est calme, y a pas un chat. L'homme se balade et s'intéresse à l'architecture et la décoration (douteuse) de la bâtisse. 5 minutes après, il voit le curé entrer et le salue. L'homme de foi revient après lui avoir demandé d'attendre le temps qu'il sonne les cloches. Norbert parle des deux filles assassinée et apprend qu'elles venaient a la messe tous les dimanches. Il achète un cierge au nom des jeunes filles, le fait brûler et s'en va.

La troupe se réunit chez Maxime et racontent leurs aventures.

Pause clope.

Reprise.

16h30. Les protagonistes (excepté Norbert) font le point sur les infos obtenues chez Maxime (qui est absent). Elise est méfiante vis-à-vis de l'attitude du médecin qu'elle a rencontrée avec Adélaïde et souhaite visiter Thérèse, la jeune fille assassinée de cette nuit. Elle convainc ses amis de s'y rendre et se retrouvent devant chez elle. Ils découvrent une vieille batisse et une fenêtre entrouverte. La maison semble vide, ce qui encourage Elise a entrer par effraction au cas ou si personne ne se présente après avoir frappé à la porte. Xin va frapper à la porte, et personne ne répond. Aucun mouvement près de la fenêtre, personne dans la ruelle. Elise se lance donc et s'approche de la fenêtre et ne voit toujours personne et regarde dans la pièce et voit juste quelques tables, chaises, une armoire et un rideau qui sépare la salle en deux. Elle décide finalement d'entrer et jette un oeil de l'autre côté du rideau et tombe sur des effusions de sang partout sur les murs et le sol, elle referme ainsi précipitément le rideau puis quitte la maison. Xin et Adélaïde proposent d'y retourner avec un crayon et un papier. Ils tirent le rideau et retrouvent la même scène, sans cadavre. Un lit avec un drap est complètement plein de sang, et de grosses taches dans les coins, une véritable boucherie. Ils redescendent et décident de s'éloigner.

Ils vont ensuite à la mairie qui est ouverte tous les jours de 10h à midi. Ils retournent au bureau de tabac pour se renseigner sur Maud et achète une bonne bouteille de vin grâce aux conseils du médecin. Le commerçant ne dit pas connaître de Maud ce qui contraint le groupe à s'en aller sans plus d'informations.

Norbert de retour à l'église avec le curé et est curieux à propos du plafond rose du monument. Le curé lui répond que c'est dû a de nombreuses rénovations, puis Norbert s'en va en laissant une petite pièce dans la boite. Il retourne chez Maxime. Il est rejoint par ses compères et Maxime également est rentré. Ils se servent chacun un verre de vin (pas très fameux). Ils discutent avec le cousin à propos du médecin. Maxime raconte qu'il a voyagé en Indochine avant de venir dans ce village. Il a démissionné y a 7-8 ans et a re-voyagé pendant environ 2 ans et a eu son accident en 1915 dans le village : une bête histoire de charette qu'il lui est tombé dessus. Il aurait démissionné car des médecins parisiens ont accusés le docteur Boyer de pas avoir sauvé des enfants morts-nés.
Un paysan nommé Père Jean aurait perdu son enfant le jour de sa naissance en 1902. Ils se retirent un moment le temps de faire le point et retrouvent Maxime qui fait la popotte. Il les observe un moment, complètement atterré par leurs débats.

Après avoir mangé, pendant la nuit ils se réunissent dans un pré a côté de chez le père Jean pour surveiller. Après un moment, Norbert sent quelque chose qui frotte très brièvement contre sa jambe. Soudainement des coups de feux retentissent en l'air, le père Jean gueule en pointant son fusil sur le groupe et leurs demandent ce qu'ils font là. Il réagit très violemment et les menacent de partir immédiatement. Ils s'engueulent en rentrant.
Sur le chemin, Xin et Norbert aperçoivent une ombre passé de droite à gauche dans une ruelle. Ils décident de courir après. Ils rattrapent la ruelle d'où l'ombre était passée et ne la retrouvent pas. Après un petit débat et un habitant réveillé par leurs bruits. Xin va voir Maxime, Jacob vers la gauche et se retrouve face à l'église, et est persuadé d'avoir vu quelqu'un se faufiler. Il tente de se rapprocher de l'ombre vers la droite en longeant l'église malgré l'obscurité profonde. Il voit rien et fait le tour de l'église, tente d'y rentrer mais qu'est fermée. Norbert passe vers chez Cécile voir d'où venait l'ombre mais n'y apprend rien de plus, et rentre chez Maxime avec tous les autres, puis font un résumé.

Il est tard, le groupe décide d'aller se coucher dans leurs chambres. Ils s'endorment sans mal après cette journée mouvementée. Norbert se réveille car il sent quelque chose bouger dans son lit. Il saute rapidement de son lit et voit un serpent se précipiter hors de sa chambre. Il tente de le retrouver mais ne voit plus aucune trace, il rentre et reste vigilant.
Les autres font un rêve durant leur sommeil : des yeux semblent les observer, dans le noir, se sentent mal, et se réveillent en sueur, en même temps. Ils se trouvent pour se raconter le rêve et constatent qu'ils ont refait le même a nouveau. En essayant de se rappeler des formês du rêve, Jacob a un vertige et tombe au sol. En se faisant relever par Elise, elle tente de reproduire la forme du "sourire en 3" de la forme du rêve en le dessinant, sans grande réussite.
Avec les bruits qu'ils font ils ont réveillés Maxime qui se met à râler gentiment. En comprend la mauvaise posture de ses amis il leur propose de boire un coup d'eau-de-vie et d'aller se recoucher après. Ils appliquent le conseil et tentent de se rendormir. Ils entendent soudainement un affreux hurlement très aiguë dans la rue, Jacob et Adélaïde restent dans la maison mais les autres sortent soudainement dans la rue et tombent sur les voisins qui regardent par leurs fenêtres ou pas de leurs portes et ne voient rien, puis retentit un second hurlement plus normal. En s'y rendant ils tombent sur un bonhomme de 50 ans qui panique et hurle quelque chose sur sa fille. Norbert, Jacob et Xin entrent dans la maison et tombent sur un corps désarticulé et démembré. Norbert vomit instanément et sort, Xin reste tétanisé, voit des formes autour du cadavre qui semble bouger. Il en pouvait plus et décide de sortir immédiatement. Un gendarme arrive et les intercepte puis les emmène au poste. Elise accompagnait le père de 50 ans qui s'est effondré et tente de sortir également Norbert et Xin du pétrin, sans succès.

En arrivant au poste de police, ils se font enfermer dans une petite pièce avec deux chaises en bois et se feront interroger demain. Elise tente de réveiller le pauvre bougre évanouit qui parvient a se reprendre conscience mais reste tétanisé. Elle s'en va et laisse l'homme aux autres habitants et retourne se coucher chez Maxime. En rentrant elle raconte les évènements à Jacob. L'histoire l'intrigue et va voir la scène avec le vieux père évanouit. Il tombe aussi sur un policier qui garde l'entrée. Il tente de regarder par une fenêtre mais se fait intercepter par le gardien de la paix puis rentre à nouveau chez Maxime, et enfin s'allonge sur son lit.
Après un très long moment, le soleil se lève, et l'église sonne en même temps que le coq du village qui hurle.

En tentant de mettre ses chaussures, Adélaïde sent 2cm d'eau ultra froide et les rejette instantanément. Elle finit par descendre pieds nus, effrayé par ce qu'elle a ressenti dans ses chaussures qui lui rappelait son premier rêve avec l'eau et la vase. Elle tente de remettre ses chaussures et ne sent plus rien.

Norbert et Xin se font réveillés par le gendarme dans le poste vers 7h du matin pour prendre leurs dépositions et savoir ce qu'ils font là. Norbert raconte exactement ce qu'ils faisaient là. Le gendarme les laisse libre mais leur demande de rester dans le village pour le moment et les sort dehors. Maintenant qu'ils sont libres, et très fatigués, ils rentrent chez Maxime et souhaitent se mettre au lit. Ils racontent juste a leurs compagnons ce qu'il s'est passé avant.
Après avoir envisagé la question, Xin préfère examiner l'église en compagnie de Jacob, Adélaïde va voir l'école et le puits, et Elise et Norbert va essayer de dormir un peu.

Xin et Jacob vont inspecter l'endroit où l'ombre a pu se trouver vers l'église et remarquent une grosse pièce collée au batiment. Jacob va ensuite interroger un paysan qui travaillait pour demander des renseignements sur la nouvelle victime et apprend qu'elle s'appelait Mathilde et qu'elle avait environ 25 ans.

Elise et Norbert parviennent à s'endormir.

Adélaïde se rend vers l'école qui a été incendiée y a quelques années et qu'est en cours de reconstruction. Elle va ensuite inspecter le puits près de la batisse et tente d'estimer s'il reste de l'eau dedans, ce qui est le cas. Elle se rend ensuite au puits du village, qui possède les mêmes caractéristiques. Elle décide d'aller voir le Père Jean et de s'excuser de la nuit. Elle est devant la porte de la maison, frappe et attend qu'il ouvre. Il explique simplement qu'il est méfiant envers les étrangers qui se baladent sur son terrain. Elle tente ensuite d'avoir des informations, sans succès. Elle s'en va.

Maxime réveille Elise et Norbert à midi pour manger. Il leur sert une salade de tomates resplendissante avec du pain, du saucisson et un ravissant jambon accompagné d'un coup de rouge.

Fin de la première séance.

Début de la seconde séance.

Elise souhaite voir ensuite la mairie du village avec Norbert. Un jeune secrétaire leur ouvre et les acceuille. Elise demande de voir les registres du village, ce que le secrétaire accepte gentiment en leur proposant de prendre les registres avec eux et le ramener le lendemain. Ils rentrent pour lire et constate qu'il s'agit d'un registre des naissances et morts du village et de quelques villages d'à côté également. Les autres amis les rejoignent.
Pour effectuer les recherches dans le registre, ils demandent le nom de famille de la regrettée Mathilde à Maxime et la retrouve avec son année de naissance, aux alentours de 1900. Les autres filles y sont également. Ils cherchent également les morts-nés et trouvent une page vers 1904 dans laquelle il est écrit "ouverture d'enquête sur les morts d'enfants depuis 1900" suivit d'une liste conséquente de bambins décédés. En fouillant dans les décès, il est inscrit que certains n'ont pas de tombes car certains corps ont été envoyé à la Faculté de Médecine de Paris pour analyse. Le médecin du village a démissioné ensuite vers 1913.

Ils souhaitent ensuite rendre visite au docteur Boyer et s'infiltrer chez lui pour inspecter le domaine et le puit.
Elise propose avant d'aller au commisariat pour passer un coup de fil a une connaissance de la Fac de Médecine de Paris.
Elle s'y rend et passe son coup de fil. Elle arrive à contacter Marcel Bouteille, connaissance de la Faculté. Elle fait mention du Dr. Boyer et lui demande s'il peut avoir le rapport d'enquête. Il accepte et lui demande qu'on le rappel le lendemain a la même heure le temps qu'il réunisse les dossiers. Le gendarme, juste à côté, entend la conversation et propose à la femme s'il est serait intéressée de voir les photos des corps des affaires, puis de les ramener plus tard.
Elise rentre chez Maxime et montre aux autres les photos. Chaque photos est numérotées et contient une légende. Le premier cas, sans photo s'appel Bernard Jean, mort-né le 17 mars 1902, potentiellement fils du Père Jean. 6 autres cas apparaissent avec des photos de corps immondes, certains d'entre eux ont des articulations en trop au niveau des jambes, d'autres ont des espèces de rides sanglantes etc... Ces corps présentaient ceux des enfants avec le plus de déformité envoyés à Paris. Norbert souhaite regarder plus intensément les photos pour mieux les étudier. Il n'y parvient, il se rappel du cadavre qu'il avait vu durant la nuit récente et referme précipitamment le dossier.

Ils se rendent ensuite chez le médecin. Xin frappe à la porte tandis que les autres font le tour pour tenter de pénétrer dans la propriété. Le docteur ouvre, échange des amabilités et lui demande s'il est chinois, répondant par l'affirmative, Xin se voit étonné d'entendre le médecin lui parler soudainement dans un chinois impeccable. En inspectant la salle dans laquelle le docteur l'a mené, il remarque des objets et tapisserie asiatique voir chinoise. Le bureau en bois massif contient des documents blancs, une plume et de l'encre. Le docteur lui demande de l'aide, ils ressortent du bureau et se rendent dans un couloir avec de très jolis vases exotiques, et en arrivant dans la salle à manger, l'homme de médecine lui demande s'il peut l'aider a transporter le nécessaire à café/thé. Ils reviennent dans le bureau pour boire un coup, et le médecin, très curieux papote à propos de ses voyages en Asie et en Chine. Xin lui parle des rêves angoissant. Le docteur Boyer semble croire à l'ésotérisme après avoir mentionné les morts et meurtres du village. Le docteur, après discussion, lui conseille un traitement à prendre tous les soirs, le tout en prenant un air limite inquiétant. Après que le médecin quitte le bureau en lui demandant d'attendre, Xin attend quelques minutes, dans le silence. Il se met à explorer tranquillement la batisse à la recherche du docteur, toujours absent. Il tente d'ouvrir une porte après avoir frappé, mais elle est fermée. Il retourne dans le bureau et va voir les papiers sur le bureau. Il n'y trouve rien d'intéressant. Ensuite il teste les tiroirs, qui se révèlent être fermé a clé. Il regarde plus en détails les vases : il est un peu perturbé, les objets viennent surtout de Chine, certains d'entre eux ont des formes entrelacés qui ne correspondent pas aux périodes d'où semblent provenir la poterie. Xin a soudainement un flash où il revoit le dessin du cadavre d'Adélaïde avec les formes, puis voit une suite de cadavre sur le tapis, et s'évanouit.

Derrière la maison vers le jardin, Elise tente de passer à travers le buisson et les ronces, et y parvient aisément. Elle voit deux fenêtres qui donnent sur là ou elle se trouve et une plus loin qu'elle ne voit pas. L'endroit semble calme. Elle allume une lampe à huile et jette un oeil au puits et y aperçoit une échelle qui descend qui semble rouillé et fragile. Elle sent soudainement quelque chose glisser le long de sa cheville gauche. Elle lâche instinctivement sa lampe dans le puits, puis cherche ce qui a causé la sensation aux jambes mais ne trouve rien. En entendant un volet qui s'ouvre pas loin, elle ressort dans la précipitation mais y perd une couverture dans les ronces.

Le groupe retourne vers le devant de la maison discrètement, et en arrivant près de l'entrée, ils aperçoient le docteur qui entre en sueur. A l'intérieur, le médecin tombe sur Xin qui était sonné, et tente de le réveiller. Norbert frappe à la porte, il entend de l'intérieur la voix paniqué du docteur qui leur demande d'entrer. Ils entrent et tombent sur Xin au sol. Le docteur conseille à Norbert de lui jeter de l'eau et de l'aider a reprendre connaissance. L'ami chinois se relève et se fait conduire par le médecin vers une chaise. Le médecin donne à Xin un sachet de tisane à prendre tous les soirs pour ses maux. L'antiquaire raconte sa mésaventure sans mentionner les étranges vases. Ils remercient le docteur et sortent pour raccompagner Xin et qu'il se repose. En faisant quelques pas ils remarquent que le docteur ferme sa porte a 3-4 verrous et tout ses volets. Ils rentrent chez Maxime. Xin raconte ce qu'il s'est exactement passé à ses amis.
Tout à coup, Norbert sent quelque chose qui bouge dans sa botte, la retire, regarde et n'y voit rien... Après quelques minutes, il sent à nouveau quelque chose dans sa botte, regarde et aperçoit une vipère qui s'enfuit. Après un moment de panique, il décide de ne pas les remettre.
Après de long débats, ils se font offrir un apéro par Maxime. Jacob quant à lui décide de sortir dans la nuit et camper près de l'église où il a vu l'ombre. Elise accompagne Xin pour l'aider à dormir dû a ses troubles paranoïaque. Xin met deux heures à s'endormir.
Elise elle, teste la fiole du médecin qui était destiné à Xin, et dort très profondément. Norbert va également au lit.

Jacob se rend à l'église près de la pierre et se voit accompagné d'Adélaïde, légèrement armé d'une pelle, et y campe un peu. La lumière de la Lune permet de voir un peu dans le village. Une heure passe, et Jacob entend soudainement une porte claquer quelque part. Il jette rapidement un oeil, ne voit rien, et reste attendre sur place. Les deux commencent a avoir du mal a rester éveillé, ce qui pousse Adélaïde à rentrer dormir. En souhaitant rester dans le village, Jacob entend des bruits de pas précipités dans du gravier. En tentant de retrouver l'origine du bruit, elle tombe sur un chat qui entre dans sa chatière, et continu de faire son tour pour rester éveillé. Il voit soudainement distinctement une silhouette devant une porte, il s'approche tranquillement et se rend qu'il ne se rend compte qu'il ne s'agit que d'une ombre. En regardant l'église, il voit que la porte n'est pas fermée, et décide d'entrer. Dans le noir total, il se retourne pour retrouver la lumière, et voit que la porte derrière a disparu. En courant devant, il voit une lumière au loin, et en marchant, de l'eau trempe ses pieds petit à petit, qui monte au fur et a mesure qu'il avance. Il sent des choses bouger autour de ses jambes. En mettant la tête sous l'eau, il ouvre les yeux et aperçoit une créature ressemblant à un mélange de serpent et d'humain qui sourit étrangement inhumainement. La créature entoure Jacob qui se sent apparemment étranglé, mais sans plus de dégâts.

6h et demie, les autres se réveillent.

Pause clope / bière / tartine de bénichon

Reprise

En descendant les escaliers, Elise remarque une sorte de petite brume comme si quelqu'un avait fumé, ils aperçoivent Maxime en train de siffloter et en s'occupant dans son coin. Ils remarquent l'absence de Jacob. Elise se sent froide et la lumière l'agresse bizarrement plus que d'habitude. Norbert décide de sortir chercher Jacob sans prendre son petit-déjeuner et se dirige vers l'église. Il voit tout un attroupement, et entend la voix de Jacob qui hurle des mots qui ne veulent rien dire. Une vingtaine de personne entourent deux gendarmes tenter de retenir Jacob qui se débat violemment en hurlant. Norbert décide de lui mettre un pain dans la gueule pour le calmer mais ce qui n'a aucun effet.

Dans son délire, Jacob sort très brièvement de l'eau et re-plonge.

Norbert propose d'aller chercher le médecin, un paysan se désigne et va le chercher.

A la maison, Maxime apporte du thé aux personnes toujours présent. Elise se sent nettement bien après ses gorgées, mais en sortant, elle se sent froide. Ils se préparent à sortir et sortent rejoindre la foule. Le paysan parti chercher le docteur revient et leur annonce qu'il ne l'a pas trouvé. En arrivant, la vue de Xin ramène Jacob qui se met ensuite à vomir. Xin seul voit là-dedans une espèce de serpent s'enfuir.

Jacob perçoit qu'il se sent hors de l'eau, et retrouve conscience. Il se fait emmener par les policiers.
Norbert demande au paysan parti chercher le médecin ce qu'il se passe. Il lui parle de Jacob et de la fille d'une dame appelée Marie-France qui s'est faite tuée, et conseille aux parisiens de partir avant de se battre avec lui.
Au poste de police, Jacob se fait interroger de manière très insistante et menaçante par les gendarmes puis se fait enfermer dans la même pièce/prison.

Les autres du groupe se retrouvent chez Maxime pour parler de quoi faire ensuite et de l'état de Jacob. Ils racontent ce qu'il se passe a Maxime qui s'énerve et dit qu'il va régler tout ça. Il sort vers la gendarmerie en menaçant les policiers. Il s'arrange avec un flic pour faire sortir Jacob et ils rentrent tous les deux chez Maxime.
Le groupe raconte tout en détail à Maxime. Jacob s'endort après son étrange nuit. Le cousin propose d'accompagner Elise a la gendarmerie pour passer son coup de fil a son ami à Paris, puis propose de faire une grosse omelette a ses amis pour qu'ils récupèrent de leurs émotions, puis un café très fort. Quelques heures plus tard, Jacob se réveille et descend voir Maxime qui lui prépare un café.

Il est environ 13h et des bananes, presque 14h. Maxime accompagne Elise au commissariat pour passer son coup de fil. Ils entrent et tombent sur le flic blessé par Maxime et les laisse passer le coup de fil. L'ami d'Elise est malade et incapable d'agir, ils n'en apprenent pas plus. Ils rentrent au QG faire une assemblée...

Pause clope / bière / réunion extraordinaire

Reprise

Ils prennent la décision d'attendre la nuit, 3 armés de fusils de chasse, de cordes, de lampe a pétrole et de couteaux de chasse après un repas solide.
Minuit passé, ils sortent et se dirigent vers la maison du docteur. La couverture sur les ronces à disparu. Ils entrent tous les uns après les autres. Norbert se fait légèrement déchiré son pantalon et un bout de peau par les ronces, et arrivent près du puit. Elise commence a descendre l'échelle avec une corde attachée autour d'elle et une lampe a huile dans la main. Elle brandit la lampe vers une grotte qui semble naturel. Il y a un lit, des objets éparpillés, une bibliothèque etc... Elle fait signe aux autres d'entrer, et y parviennent un à un. Dans la bibliothèque ils trouvent rien de spécial, des livres sur des contes etc. Près du confortable lit qui semble avoir été refait y a pas longtemps se trouve une table avec de la nourriture récente. En regardant les murs ils notent qu'il y a des petites gravures ça et là qui semblent vieux, ressemblant a du latin, mais qui est trop effacé par le temps pour que ce soit traduisible sur le moment. Elise soulève le matelas et semble avoir vu quelque chose bouger. En reprenant une lampe elle re-soulève et tombe face à face avec un énorme serpent qui lui saute dessus. Elle parvient a l'esquiver. Adélaïde sort son couteau, Norbert hésite à tirer dessus, Xin décide de lui tirer dessus avec son fusil de chasse. Il le touche mais bouge encore. Norbert lui tire également dessus a la tête mais la créature se jette malgré tout sur Norbert et s'entoure autour de lui. Adélaïde se précipite vers un bout de serpent la lame brandie et tente de le toucher, sans succès. Le serpent se serre toujours plus autour de Norbert. Xin tente de lui envoyer des coups de crosse et Elise des coups de pieds, ce qui fait tomber Norbert et sent une côte craqué. Adélaïde décide dans la panique de jeter la lampe sur Norbert et son serpent. Les deux prennent feu. Xin prend une couverture et tente d'étouffer le feu. Il y parvient et fait s'enfuir le serpent vers l'échelle. Le reptile se redresse et les menace. Elise tire également sur le serpent et sépare la bête en deux qui se transforme en deux masses inerte. Xin s'avance pour s'assurer de la situation et constate que la créature ressemble a une vipère trop grosse pour être vraie et se rappel qu'elle n'agissait pas vraiment comme une vipère.

Ils décident de mettre Norbert sur le lit pour qu'il se remette. Elise aperçoit sous le lit un gros livre et des vieux jouets d'enfants. En regardant, ils voient que le livre est écrit en allemand. En ouvrant de livre, Jacob semble comprendre que ça parle possiblement de religion avec des figures gothique.

Elise prend la décision de remonter voir s'il y a des gens dû aux bruits et constate qu'il n'y a personne du tout. Tous les autres sortent sauf Norbert, trop blessé pour remonter, et se dirige vers une petite porte dans le jardin pour tenter d'entrer chez lui. Ils décident de casser une vitre de la porte du jardin et entrent. Ils voient soudainement quelqu'un sortir en courant en traversant le couloir. Jacob tente de le courser et le voit au loin et le perd de vue, il décide de revenir vers ses amis. Ils vont à l'étage du batiment et tombe sur un couloir avec trois portes et une fenêtre. Ils ouvrent une première porte et voient une pièce éclairée par un chandelier, une bibliothèque pleine de livres de toutes langues, un canapé et un tableau.

Ils sortent et tentent la seconde porte : c'est une chambre, probablement celle du docteur, avec une tapisserie bleue moche, un tapis chinois superbe, une petite armoire avec des vêtements, une table de nuit contenant un petit revolver et des cartouches et un lit à côté.

Derrière la troisième porte ils tombent sur une salle pas éclairée ressemblant à un fumoir, avec du tabac, un cendrier et un chandelier éteint.

Ils redescendent et voient les béquilles du docteur près de l'escalier. Ils vont vers le bureau, cherche dans les tiroirs et trouvent rien de spécial. Ils entendent un chien qui aboie au loin et prennent la décision de rentrer chez Maxime.

Il est environ 5h du matin et le groupe est fatigué. Ils décident de dormir et de laisser Norbert pour le moment dans le puits. Ce dernier entend quelqu'un descendre l'escalier du puit de manière irrégulière, comme quelqu'un qui boiterait. Il se saisit d'un fusil de chasse que les autres ont fait tomber ici et le pointe vers l'échelle. La personne descend et se retourne, c'est un homme jeune, il est pâle et étonné a la vue de Norbert et lui demande ce qu'il fait là.
La discussion tourne étrangement, le type semble assez menaçant et dégagé. Un serpent tourne autour du gars puis descend pendant que le type cherche un couteau dans sa poche. Norbert tente de tirer, mais aucune balle ne se trouve dans le fusil. Le serpent lui saute sur la gorge tandis que l'homme se rapproche de lui avec le petit couteau en main. L'homme éclate de rire, le serpent se desserre et lance à Robert : "De toutes façons... tu ne peux pas sortir. Tu va rester ici et vivre avec moi", puis se couche en laissant son serpent surveiller l'ex-militaire.

Le groupe chez Maxime se rend au poste de police et tombe sur le vieux policier aigri et agressif. Ils n'en tirent pas plus, sortent et rentrent chez Maxime.

Dans le puit, des policiers arrivent et menacent le jeune homme et tirent sur le serpent menaçant. Ils ont promis a Norbert qu'ils amèneront du secours après avoir embarqué le jeune inconnu.

Les policiers arrivent chez Maxime, dont le jeune sympathique et explique la situation au groupe et leur demande ce qu'ils savent et ce qu'ils ont contre le Dr. Boyer. Il leur propose d'attendre chez Maxime et qu'ils interrogent le docteur. Après 30min ils reviennent et racontent qu'ils n'ont pas trouvés le médecin. Il leur propose d'aider la police a enquêter et leur signes une décharge pour que les habitants leurs répondent. Le groupe de policiers les quitte avec ça, les laissant potasser.
Jacob décide d'aller voir le Père Jean : il frappe à la porte, et se fait ouvrir par le Père Jean qui a le fusil à la main. Jacob essaie de décrire le jeune homme au serpend, ce qui ne parle pas au Père Jean qui rétorque avec un air belliqueux que ça ne lui dit rien, puis les deux se saluent. Jacob s'en va rentrer.
Le groupe décide ensuite d'aller voir Feu Maud qui vivait seule. Son cadavre est encore là, à l'étage de la maison. Adélaïde passe en première suivie d'Elise, Xin et enfin Jacob. Au fur et à mesure qu'elle monte, Adélaïde sent de l'eau dans ses chaussures qu'elle enlève, et voit même l'eau a ses pieds. Elise semble voir les murs trembler, Xin se sent partir et Jacob perd légèrement la vue dû a de la brume. Adélaïde et Elise continuent à monter lentement, avec difficulté. Elise parvient à monter et voit un rideau. Elle aperçoit les différentes arabesques et symboles autour du cadavre et remarque qu'il manque des parties dans le cadavre. En regardant mieux les arabesques elle remarque que ça peut ressembler a une forme qui se complète et se dit qu'il peut y avoir quelque chose de logique. Adélaïde redescend et se sent mieux, elle refuse de voir ce qu'il peut y avoir là-haut.
Après en avoir fait part a ses amis, ils se disent que le symbole complet ou un indice pourrait se trouver dans le livre en allemand qu'ils ont trouvés dans la grotte du puits, et c'est Jacob qui s'attèle a la lecture tandis que les autres vont interroger les voisins sans grands succès.

Pause clope / téléphone

Reprise

Ils rentrent et mangent chez Maxime tandis que Norbert mange au commissariat. Elise y retourne pour passer à nouveau son coup de fil, à nouveau sans succès.
Elise, Adélaïde & Xin vont visiter le cimetière : le gardien du cimetière est présent mais les laisse passer. Ils cherchent la tombe de Bernard Jean, le fils du Père Jean et la trouve au bout d'un long moment. Ils vont ensuite à l'église pour trouver le curé et trouver un prétexte pour fouiller la tombe du jeune Bernard. Ils y trouvent le curé et lui adressent la parole pour tenter d'en savoir plus, mais sans grande réussite.

Pendant ce temps au commissariat, Norbert reçoit les soins des secours, peut aller chez Maxime mais ne pourra pas trop bouger avant le lendemain où une voiture viendra le chercher.
En fin d'après-midi, ils se rendent tous chez Maxime et mettent Norbert au courant des évènements et soupe.
Jacob a étudié le livre allemand pendant ce temps qui parle clairement de sortilèges, philosophie et théologie. Il y a un truc qui fait mention d'une création nommé Yig dont le corps serait ses bras, qui aurait un rapport avec la destruction de la mort ou de la naissance. Ce qui saute aux yeux de Jacob surtout c'est qu'il y a un rapport très claire avec les symboles et arabesques dessinées au sang sur les cadavres et sur les photos d'enfants déformés.
En parlant de ça avec Xin, ce dernier connaîtrait une légende sur Yig qui serait une créature souvent stylisé en reptile qui viendrait dévorer les hommes a des périodes très précises de l'histoire.
Pour souper Maxime leurs préparent un repas chaleureux. Elise lui demande comment l'école du village a pris feu jadis qui serait arriver par un bête incident.

Ils se dirigent vers le commissariat pour interroger le jeune au serpent qui reste complètement muet tout du long. Ils se ravisent et quitte le commissariat après cet échec et se séparent en deux groupes, Jacob et Adélaïde vont voir Mireille et les autres vont au cimetière.

La mère de Mireille ouvre à Jacob et Adélaïde et l'interroge sur la fille et sur le Père Jean. Après de courtes discussions, Adélaïde et Jacob restent sur place pour tenter de veiller au moindre pépin. Ils creusent là-dite tombe de Bernard Jean et ne tombent que sur des pierres, pas de squelette en vue.
Minuit approche, le groupe rentre chez Maxime dormir. Au moment de passer près de la maison du docteur, ils aperçoivent quelqu'un sortir en courant. Xin tente de le courser un bon moment avant qu'il se fasse semer. Il revient, complètement essouflé, raconte ça a Elise et rentrent ensemble chez Maxime.

Jacob et Adélaïde sont toujours postés devant chez Mireille, dans le noir et le calme plat. Tard dans la nuit, Jacob ressent de l'eau très froide monter sur ses jambes. Il voit une lueur au loin, comme une grande flamme qui réfléchit sur l'eau. On peut apercevoir une forme noir verticale qui ondule devant le feu. Jacob tente de lui parler, sans succès, pendant que l'eau continue de monter autour de lui. La flamme se rapproche relativement proche ainsi que la silhouette de l'homme et au bout d'un moment peut entrevoir deux immenses yeux très ronds posés sur une tête humaine et un corps sans bras. Il se réveille du rêve, complètement trempé comme s'il s'était baigné, et raconte le rêve à Adélaïde. Il se souvient par ailleurs avoir lu que Yig apparaissait en rêve avant d'intervenir sur le monde réel, ce qui le fait trembler de terreur et de froid. Ils s'endorment finalement pour de bon.

Vers 5h du matin, le groupe chez Maxime entend un hurlement retentit de la maison devant chez Maxime. Xin sort précipitamment en pyjama pour voir ce qu'il se passe suivit d'Elise qui suit moins rapidement. Xin aperçoit un homme paniqué très mal et un cadavre suspendu en l'air avec des arabesques à nouveau et des morceaux de corps manquant, tandis qu'Elise le voit a terre. En tentant de mettre l'homme tétanisé à l'abri, Elise d'évanouit et Xin hurle dans la rue pour alerter tout le monde. Des paysans et les policiers débarquent.

Les cloches de l'église sonne 6h du matin. De retour chez Maxime, ils se posent tranquillement tandis que l'hôte leurs préparent un petit-dej copieux. Jacob et Adélaïde débarquent et racontent également leur aventure nocturne. En regardant dans le livre allemand, ils remarquent qu'il manque une page faisant mention de Yig. Après ça, les deux vont passés leurs matinées a dormir.

Elise et Xin décide d'aller chez le médecin pour inspecter à nouveau et remarque juste un cigare qui semble avoir été fumé en partie très récemment, puis part retourner là où ils ont perdus l'homme qui a couru dans la nuit armé d'un fusil, plus loin près des champs, sans en sortir quoique ce soit. Ils rentrent chez Maxime une énième fois et évoquent l'idée d'aller passer une nuit chez le Dr.Boyer et le buraliste pour savoir qui achète les cigares. Ce dernier raconte qu'il les pose dans la boite au lettre chaque début de semaine.

Adélaïde et Elise passent leurs après-midi a écouter une messe spéciale et subjuguante de la part du curé. Les autres passent l'après-midi à réfléchir quoi faire et pour préparer leur nuit chez le médecin tandis que Norbert se fait emmener par des infirmiers.

Durant la nuit chez le Dr.Boyer, ils perdent connaissance après avoir recommencé a sentir de l'eau près d'eux. Adélaïde et Elise voient de l'eau tomber sans réagir plus que ça. Norbert voit de loin depuis sa voiture un éclair de feu jaillir, le sol qui tremble violemment et une masse noirâtre en sortir... avant de s'évanouir...

Yig s'est réveillé...

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Eléïs
Je réfléchis.
Messages : 7826
Inscription : sam. 30 janv. 2010, 00:00

Re: JdR : Un si joli village

On a foiré à la première pause clope quand on a débattu 10 000 ans sur le fait que "ça serait suspect d'envoyer XinShan Huo chez le médecin dès aujourd'hui, autant y aller demain" x)
Merci Sid pour le CR

Une pensée systémique de la complexité serait nécessaire pour s'opposer à une vision binaire et dichotomique.
Avatar de l’utilisateur
Mjollna
Spé Aile Est
Messages : 3679
Inscription : lun. 17 janv. 2011, 00:00
Localisation : Dans une dimension improbable
Contact :

Re: JdR : Un si joli village

C'était vraiment cool comme partie (même si on n'a pas découvert grand-chose, haha xD) ! :)

Super chouette le CR, comme ça on se souviendra bien mieux de la partie dans quelques années en relisant ^_^

Image [17:35] @Zhao | (car oui, contrairement à l'idée établie, Mjollna roxxe de la cuisine)
Avatar de l’utilisateur
Zhao
Parleur
Messages : 3603
Inscription : jeu. 27 août 2009, 01:00
Localisation : Tout en haut de ma colline

Re: JdR : Un si joli village

Merci pour le CR c'est super chouette !
On voit que c'est écrit sur le fil, du coup, y'a bien les interrogations des personnages et tout, c'est bien cool. :-)

21:12:58 Gamh | bien s^^ur
21:13:07 Gamh | oula ya mjo qui s'est incrusté dans la phrase
Avatar de l’utilisateur
Anthargas
Messages : 229
Inscription : jeu. 29 avr. 2010, 01:00
Localisation : Ici et déjà ailleurs

Re: JdR : Un si joli village

Ouais on s'est bien planté, sur ce coup :(

Groupie historique n°2 d'Eléïs.
5 messages • Page 1 sur 1